Bicyclettes
2011-05-22 17:23:23 +0000

Réponses [17]

14
2011-05-22 19:58:10 +0000

J'aime les freins à disque pour les raisons suivantes :

  • ils sont plus faciles à déshuiler que les jantes
  • les roues courbées ne frottent pas
  • plus faciles à régler
  • plus faciles à monter et à démonter
  • mes jantes ne s'usent pas

oh oui, ils s'arrêtent bien aussi, mais c'est ma dernière raison, pas la première !

14
11
2013-03-20 15:46:53 +0000

J'utilise des freins à disque sur mes vélos de montagne, de cyclo-cross et de route depuis plus de dix ans maintenant. Les premières versions de freins à disque ont certainement mis du temps à atteindre les niveaux de puissance de freinage excellents, doux et modulés dont ils bénéficient actuellement. Dans ce contexte, un frein à disque mal réglé ou mal conçu par rapport à un frein à disque bien réglé a montré des capacités de performance moindres.

Cependant, ces dernières années (5+), la technologie entourant les freins à disque a augmenté de façon spectaculaire. En particulier avec les systèmes de freins à disque hydrauliques. Les systèmes de disques hydrauliques ont tendance à avoir une puissance de freinage nettement supérieure à celle de tous les systèmes de freins sur jante que j'ai utilisés. Un autre effet secondaire de la puissance de freinage supplémentaire est la capacité de "moduler" cette puissance de manière beaucoup plus régulière. Vous pouvez contrôler la puissance que vous utilisez beaucoup plus facilement.

Comme indiqué ci-dessus - les exigences de maintenance sont différentes avec les systèmes de freins à disque qu'avec les systèmes de freins sur jante. Cependant, ils ne sont généralement pas plus onéreux à apprendre que les autres protocoles d'entretien pour n'importe quelle pièce de vélo.

En plus des systèmes de freins à disque hydrauliques, il existe des versions mécaniques qui utilisent votre câble traditionnel pour fournir le levier de serrage de l'étrier sur le rotor du disque. Ces systèmes ont l'avantage d'être utilisables avec des systèmes de levier intégré de changement de vitesse/frein (que l'on trouve couramment sur les vélos de route ou les vélos avec "drop bars").

J'ai constaté que les systèmes de freins à disque mécaniques n'ont pas autant de puissance et de modulation que les systèmes hydrauliques. De plus, ils ont tendance à nécessiter beaucoup plus d'entretien/de réglages pour fonctionner parfaitement. Les points de contact des plaquettes sont beaucoup plus susceptibles de faire du bruit ou de traîner en s'usant. Les systèmes mécaniques ne serrent que d'un côté. Un patin est fixé en place, l'autre patin est poussé contre le rotor, le déformant légèrement dans le patin fixe pour fournir la puissance de freinage.

Les systèmes hydrauliques ont généralement deux étriers séparés qui poussent les patins des deux côtés, (généralement) fournissant la puissance de freinage des deux côtés, sans déformer (beaucoup) le rotor.

Les systèmes de freinage sur jante ont tendance à user la surface de la jante de la roue s'ils sont utilisés par temps humide. Lorsque du gravier s'accumule sur la jante et que vous freinez, le gravier "ponce" la jante avec le temps. Vous devrez éventuellement remplacer la jante à mesure qu'elle s'use. Plus la jante est fine, plus le transfert de chaleur lors du freinage risque d'affecter la gomme du pneu lui-même, entraînant parfois une défaillance catastrophique (explosion du pneu). C'est assez rare, et il faut que les circonstances soient "parfaites" (c'est-à-dire des jantes bien usées avec des parois latérales minces, des patins de freins éventuellement mal ajustés, et de longues descentes prolongées où le pilote "traîne" ses freins en permanence, ce qui provoque une accumulation de chaleur, des carcasses de pneus qui ne supportent pas bien la chaleur, etc...).

En général, les besoins d'entretien des freins sur jante et des freins à disque hydrauliques ont tendance à être à peu près les mêmes. Avec le temps, vous devrez peut-être faire "saigner" les conduites de freins hydrauliques pour qu'elles restent en bon état de fonctionnement. Cependant, la plupart des systèmes de freinage hydraulique modernes n'ont pas besoin d'être purgés aussi souvent. Je trouve que mes systèmes hydrauliques de VTT n'en ont besoin qu'après 18 à 24 mois de conduite (je fais généralement environ 3 000 miles sur mon VTT dans cet intervalle).

Sinon, il s'agit simplement de remplacer les plaquettes au fur et à mesure qu'elles s'usent. Je pense que les plaquettes de frein à disque ont tendance à s'user plus vite que les freins sur jante. Ils sont simplement plus petits en surface, et ils sont beaucoup plus sollicités par la chaleur. Mais ce n'est pas le cas par mauvais temps, car l'humidité et le sable ont tendance à affecter les patins de freins sur jante bien plus que les patins de freins à disque.

Beaucoup de gens diront que les systèmes de freins à disque sont plus lourds. C'est vrai en général. Cependant, la majorité du "poids supplémentaire" est un poids non rotatif, qui a beaucoup moins d'effet sur la qualité de conduite ou la sensation d'un vélo. Comme le poids se situe au niveau de l'essieu, il est assez insignifiant.

Les systèmes de freins sur jante nécessitent des chenilles épaisses et lourdes pour que les plaquettes puissent s'appuyer contre elles. Pour cela, une jante de frein sur jante doit être nettement plus lourde qu'une jante de frein à disque. Tout ce poids est une masse en rotation sur les bords extérieurs de la roue. Tout poids supplémentaire dans cette zone est considérablement augmenté en termes de sensation/impact de ce poids.

Je vois souvent des jantes faites pour des applications de freins à disque qui sont en moyenne 100 à 250 grammes plus légères que leurs homologues de freins sur jante. C'est un poids important lorsqu'elles sont placées au pire endroit possible.

11
6
2013-03-20 08:34:44 +0000

Beaucoup de bonnes réponses déjà - mais un gros inconvénient des disques a été mentionné jusqu'à présent : leur capacité à éjecter la roue avant lors de l'utilisation d'un essieu QR traditionnel. Le couple généré sur l'essieu (pour un étrier de disque arrière normal) est réduit - dans la même direction que les pattes d'éjection. Il a été démontré que même des essieux correctement serrés peuvent se desserrer - généralement avec des disques de grande taille (200 mm ou plus), mais un QR desserré peut se défaire très facilement.

En conséquence, les "Lawyer Lugs" sont pratiquement obligatoires sur les roues avant équipées de disques (sauf si un essieu traversant est utilisé). Le problème avec les "Lawyer Lugs" est qu'ils annulent quelque peu les avantages d'un QR, en ce sens que pour retirer la roue, il faut dévisser les écrous tout au long du processus.

Edit : (Deux ans plus tard) : Plutôt qu'un lien fourni plus tôt, une recherche sur Internet pour "James Annan disc brake quick release" donnera de nombreuses réponses et les discussions les plus récentes sur la question.

6
6
2013-03-21 07:51:56 +0000

L'avantage des freins sur jante (de tout type) par rapport aux freins à disque (de tout type) est qu'ils vous permettent de régler rapidement votre roue sans avoir à l'enlever et à la poser sur le support. En accrochant mon vélo à chaque extrémité, je peux rapidement rectifier les deux roues à la perfection. Vous ne pouvez pas faire cela avec un disque. Et les freins sur jante donnent un aspect généralement plus propre sans qu'un câble ne passe sur la fourche ou le hauban arrière. Et ils sont généralement moins lourds et très faciles à régler. Les petites choses ont beaucoup de sens et les choses s'additionnent. Oh oui, et les patins durent follement longtemps, ce qui est une belle chose. Cinquante ans de conduite d'un GRAND nombre de vélos avec tous les types de freins discutés dans toutes les conditions et mon gagnant est un frein sur jante de haute qualité adapté à votre pneu/terrain de course.

6
5
2011-05-22 19:23:08 +0000

Un numéro. En général, ils ne sont pas affectés par les conditions humides, alors que les freins sur jantes peuvent être dangereux sur le mouillé. De plus, les vélos tout-terrain sont moins sensibles à la boue, à la poussière et au sable, ce qui entraîne une usure des jantes et un mauvais freinage. De plus, dans les longues descentes ou les sections de descente, il n'y a pas de danger de chauffe de la jante et de défaillance du pneu. Les inconvénients... Vous avez besoin de pieds de fourche et de moyeux de roue spécialement conçus pour les supporter, et l'ensemble est peut-être un peu plus lourd que les freins sur jante traditionnels.

Vous les voyez maintenant même sur les VTT de niveau moyen.

Oh, et vous n'avez pas besoin de vous battre avec des pneus de grande taille pour remonter la roue. Même avec un démontage rapide, certains pneus vont à peine dégager les freins lorsqu'on remet une roue réparée à plat.

5
4
2011-10-12 15:40:39 +0000

Je ne suis pas sûr que j'aurais à nouveau des freins à disque. J'avais des freins en V, mais je pensais que les freins à disque seraient meilleurs.

Les avantages cités sont vrais, mais j'ai trouvé :

  • Ils sont plus difficiles à entretenir. J'ai pu très facilement effectuer des réglages simples sur mes v-brakes, mais je ne sais pas par où commencer avec les freins à disque. (Cela pourrait simplement être un manque de connaissances de ma part)
  • Si vous mettez de l'huile sur le disque et qu'elle se dépose sur les plaquettes, celles-ci grinceront fortement et devront peut-être être remplacées (cela semble évident maintenant, mais je devais juste être plus prudent lorsque je nettoyais mon vélo et utiliser un chiffon propre pour nettoyer les disques)
  • La puissance de freinage semble comparable à celle de mes anciens freins v

Mes problèmes avec les freins à disque pourraient probablement être résolus par un peu plus de connaissances, mais si vous n'êtes pas familier avec les freins à disque, alors ces choses ne valent pas la peine d'être envisagées.

4
4
2012-10-19 01:12:19 +0000

Les freins sur jantes sont des monstres mangeurs de jupes. Les freins à disque, pas autant.

(Oui, il y a d'autres atténuations, mais celle-ci seule m'a fait demander des freins à disque sur le vélo que je fais construire. J'aime porter de longues jupes pour travailler).

4
4
2011-12-26 11:06:39 +0000

L'un des avantages cités ci-dessus est qu'une roue qui est hors d'usage ne frottera pas contre les plaquettes de frein en cas de bris de disque. Cependant, je pense que ce frottement avec les freins sur jante est vraiment l'avantage, précisément parce qu'il vous avertit que votre roue n'est pas conforme à la réalité. Ce n'est pas une bonne idée de rouler dans des conditions telles que la roue peut tomber en panne.

4
4
2016-01-28 01:51:46 +0000

Tous les freins sont limités par la traction des roues avant - vous pouvez soit déraper, soit basculer sur les barres. Je crois qu'il s'agit d'une décélération d'environ 1 g. Donc, quiconque vous dit qu'un frein est plus "puissant" qu'un autre vous raconte des bêtises.

Une différence essentielle entre les freins sur jantes et les freins à disque est que les jantes sont essentiellement des disques 4x plus larges que votre disque habituel. Cela signifie qu'un frein à disque nécessite une force 4 fois supérieure à celle nécessaire pour fournir le même couple de décélération. Si de meilleurs matériaux pour les plaquettes et les disques et une construction plus rigide peuvent réduire le problème, la différence doit être compensée par un avantage mécanique plus important. En d'autres termes, un levier de frein à disque doit parcourir un arc plus important avec une plus grande pression de serrage pour obtenir le même effet qu'un levier de frein sur jante. On parle alors de "modulation", mais il s'agit en réalité d'un frein qui exige une plus grande quantité d'énergie de la part du conducteur. Tant que vous pouvez atteindre la limite de décélération, cela n'a pas d'importance, mais il y a moins de marge pour travailler avec.

On prétend souvent que les disques sont moins sensibles à l'humidité en raison des forces plus élevées et de leur emplacement, et cela peut être vrai (l'idée d'un disque entièrement fermé est certainement très intéressante, bien que je ne l'aie jamais vue mise en œuvre). Mais je n'ai connaissance d'aucune confirmation expérimentale.

4
3
2017-10-28 03:11:08 +0000

Les freins à disque sont très utiles et nécessaires si vous utilisez des roues en fibre de carbone, ou si vous faites du VTT ou du cross dans des conditions difficiles et dégoûtantes, ou encore si vous avez un vélo à gros pneus, car les freins à disque ne sont pas vraiment nécessaires pour les conditions de route, et considérez ceci, un frein sur jante est exactement la même chose qu'un frein à disque (en fait, le frein sur jante utilise la jante qui a une surface beaucoup plus grande qu'un petit rotor et donc fonctionne en fait plus froid), ils ont tous les deux des patins, et ils utilisent tous les deux un point de contact métallique comme une jante ou un rotor pour s'arrêter.

Alors qu'une jante en aluminium s'use en utilisant des freins sur jante, ces jantes durent en moyenne 35 000 miles, les rotors en revanche durent en moyenne 2 à 3 ans, les rotors coûtent entre 10 et 90 $ chacun, soit en moyenne 50 $, plus 20 $ pour le patin de prix moyen qui devra être remplacé chaque saison ; Le cycliste spécialisé parcourt en moyenne environ 6 000 miles par an, ce qui signifie que dans 5 ans, l'utilisateur de freins à disque devra dépenser environ 130 dollars pour l'entretien des freins, tandis qu'avec des freins sur jante, un jeu de patins coûte 12 dollars et dure au moins 7 à 10 ans, mais la jante doit être remplacée, alors supposons que la jante coûte 400 dollars pour une jante en aluminium décente. (ce ne sont que des moyennes, alors ne me tirez pas dessus si les chiffres ne sont pas tout à fait corrects)

Vous pouvez donc voir combien les freins sur jante coûteront de plus, comme le soulignait une autre affiche... sauf pour un petit problème : une roue de vélo de route fait environ 670 rotations pour chaque kilomètre parcouru. Pendant ce temps, la jante est constamment comprimée sous le poids du cycliste, de sorte que chaque rayon est chargé et déchargé à chaque rotation. Ce cycle continu de charge radiale a un impact sur la roue, ce qui entraîne inévitablement de la fatigue. Les charges latérales contribuent également à l'usure des roues. Ces forces sont générées lorsque le cycliste transfère son poids d'un côté du vélo à l'autre lorsqu'il pédale hors de la selle. Les charges latérales sont à leur maximum lors des efforts de sprint et de montée, car le vélo est violemment basculé d'un côté à l'autre. Le groupe motopropulseur impose une charge supplémentaire à la roue arrière sous la forme d'une torsion du moyeu, et avec les freins à disque, cette torsion est beaucoup plus importante, c'est pourquoi la fourche et les haubans arrière doivent être renforcés, faute de quoi le cadre/fourche sera lui aussi touché. Une fois de plus, il y a un cycle continu de chargement et de déchargement des rayons et de la jante, ce qui contribue au développement de la fatigue. Il n'y a aucun signe extérieur de cette fatigue jusqu'à ce que les rayons, ou la jante, commencent à se casser ou à se fissurer en conséquence.

Par conséquent, les utilisateurs de freins sur jante et de freins à disque devront remplacer les jantes en raison de la fatigue, ce qui fait qu'à long terme, le frein sur jante est beaucoup moins coûteux à utiliser. En outre, si les freins à disque sont souvent utilisés sous la pluie, vous pourriez remplacer les patins aussi souvent qu'après quelques tours, ce qui augmente vraiment le coût des freins à disque, alors que les patins des freins sur jante ne se soucient pas de savoir s'ils sont mouillés ou non ; et lors de longs tours sur route mouillée, il est recommandé d'avoir un jeu de patins de rechange pour les freins à disque ! Je l'ai même testé dans le cadre d'une expérience avec un ami qui a des freins à disque et qui était convaincu que les siens s'arrêtaient mieux que les miens. Nous avons donc couru côte à côte à 14, 20 et 32 mi/h sur un sol sec et nous avons tous deux freiné en même temps, nous l'avons fait 6 fois à chaque vitesse ; Nous avons ensuite essayé la même chose sur le sol mouillé à 20 mph, et les résultats de tous les tests étaient identiques. Parfois il s'est arrêté un peu plus vite et parfois c'était moi, aucun d'entre nous ne s'est arrêté à moins d'un pied de l'autre personne (au test de 32 mph, je me suis en fait arrêté un peu plus court pendant tout le test, nous pensons que le frein à disque a pu s'affaiblir parce qu'il a mentionné qu'il avait dû utiliser plus de pression manuelle pour arrêter la moto qu'auparavant). La seule chose à laquelle nous avons pu penser pour expliquer pourquoi l'un s'arrêtait parfois plus court que l'autre était le temps de réaction, l'un d'entre nous freinait avant l'autre et cette personne s'arrêtait un peu plus court. C'est ce que VeloNews a rapporté : La traction des pneus est suffisamment élevée pour que, dans la pratique, la limite de freinage sur un vélo de route ne soit souvent pas la limite de traction, mais le point de basculement - le point où le déplacement du poids du freinage vers l'avant fait décoller la roue arrière du sol et où le vélo commence à faire un endo. (Vous pouvez tester cela vous-même en roulant à faible vitesse sur un revêtement lisse et en serrant le frein avant pour essayer de faire déraper la roue avant - si vous freinez assez fort, vous constaterez que la roue arrière se soulève du sol avant que la roue avant ne puisse commencer à déraper). En d'autres termes, les pneus de route ont souvent plus d'adhérence que ce qui peut être utilisé pour le freinage" _ Ainsi, ce qu'ils disent, c'est que sur le sec, tout dépend de l'adhérence du pneu au sol, si toutes les choses sont égales, le poids du corps, le vélo, la capacité du cycliste à s'arrêter rapidement, les pneus, la surface de la route, etc. toutes ces absurdités sur la vitesse d'arrêt des freins à disque sont fausses, ce n'est que du battage publicitaire.

Une affiche mentionne un inconvénient des freins sur jante, c'est l'huile Vous ne savez pas comment vous pouvez mettre de l'huile sur une jante, à moins que vous n'ayez été très négligent pour lubrifier votre chaîne et trop paresseux pour nettoyer la jante par la suite. Mais ce que l'affiche ne mentionnait pas, c'est que l'huile causera le même problème si elle se retrouve sur les disques.

Avec les freins à disque mécaniques, vous devez faire attention à ne pas acheter un vélo avec des disques de petit diamètre, ce qui exclut l'achat de vélos bas de gamme avec des freins à disque, les disques de petit diamètre ne vous arrêteront pas aussi bien que les freins sur jante. Avec les freins à disque hydrauliques, les conduites ont tendance à être fragiles. La modulation des freins à disque échoue par rapport à celle des freins sur jante ; ce qui est bizarre dans cette histoire de modulation, c'est que les meilleurs freins que j'ai jamais utilisés pour la modulation étaient des mono-poussoirs latéraux ! Les doubles pivots ont supprimé une partie de cette modulation et les freins à disque en ont supprimé une plus grande partie à cause du levier mécanique plus court qui nécessite moins de levier et réagit rapidement (et c'est là que l'erreur de croire que les freins à disque doivent être meilleurs parce que les freins se mettent en crabe rapidement... c'est une illusion causée par le levier mécanique plus court ; la mécanique et la physique ne changent pas comme par magie pour les composants du vélo et le freinage. En ce qui concerne le vélo de route, quiconque préconise l'utilisation de freins à disque plutôt que de freins sur jante n'a jamais étudié la physique et ne comprend pas comment fonctionne le couple ni ce qu'est un "avantage du levier". Les freins à disque sont excellents pour les voitures, mais les vélos ne sont pas des voitures. Les gens peuvent dire que les freins à disque ont une plus grande puissance de freinage que les freins sur jante, mais le dire (et même le répéter) n'en fait pas une réalité. La physique n'est pas du côté des freins à disque ; vous voulez généralement que la force de freinage soit appliquée à la plus grande distance radiale (pratique) du moyeu, là où elle fournit la traduction la plus efficace en couple. Pour les roues de vélo, en particulier, on ne souhaite pas que le couple soit appliqué au moyeu, étant donné que le contact avec le sol (qui est l'endroit où la traînée ou le "ralentissement" se produit réellement) se situe sur le périmètre du pneu, ce qui oblige les rayons à transférer la force du disque vers le pneu. Enfin, les freins à disque sont nécessairement décalés par rapport à l'axe du moyeu, ce qui entraîne une force latérale ou de cisaillement à peu près proportionnelle à la quantité de freinage appliquée (et également proportionnelle à la quantité de décalage par rapport à l'axe du moyeu), ce qui peut entraîner une "traction" latérale dans des conditions de freinage très dures. Le fluide d'un système hydraulique fermé sur les freins à disque s'échauffe et se dilate lors de longues descentes et a tendance à bloquer les freins. Les rotors se plient facilement si quelque chose les heurte (ou ils deviennent si chauds qu'ils se déforment), ce qui rend le vélo impossible à conduire. Si une jante se déforme, vous pouvez essayer de la redresser et continuer à rouler. Le disque mécanique a tendance à nécessiter un réglage plus fréquent que tout autre type de système de freinage. Vous ne pouvez pas changer de roue avec un autre vélo équipé de freins à disque.

Encore une fois, laissez-moi insister sur le fait que si vous avez des roues en fibre de carbone, vous ne devriez utiliser que des freins à disque, il peut en fait être dangereux d'utiliser des freins sur jante avec des jantes CF même si ces jantes ont une piste de freinage en aluminium, mais pas autant que toutes les jantes CF. Mais pour les vélos de route, les tracas supplémentaires de maintenance et de réglage des freins à disque ne valent pas la peine ; je roule depuis plus de 40 ans sur des freins sur jante, y compris en course, et je n'ai jamais eu de problèmes pour m'arrêter, même en course dans les montagnes de Californie du Sud. J'ai aussi connu des gens qui ont fait des tournées dans tous les États-Unis et même en Europe avec des charges moyennes de 75 livres avec des freins cantilever et qui n'ont jamais eu de problèmes pour s'arrêter, même en descente. Et en parlant de descente, les freins sur jante souffrent moins de l'usure que les freins à disque en raison de la surface beaucoup plus grande de la jante qui refroidit plus rapidement que la surface plus petite du rotor. Les fabricants de roues CF avaient des problèmes de décoloration des freins, de délaminage et de défaillance des roues lorsqu'elles chauffaient, ce qui leur coûtait beaucoup d'argent sur les retours de garantie en plus de la R & D. De plus, un fabricant s'est retrouvé à mentir à ses clients sur la cause du délaminage et des défaillances et à rejeter la faute sur d'autres raisons afin de ne pas avoir à payer d'ajustements de garantie, ce qui donne une mauvaise image des entreprises qui le font. C'est pourquoi l'évolution des freins à disque sur les vélos de route a eu lieu et non pour une autre raison.

Et même si le cyclisme professionnel légalise un jour les freins à disque, ce qu'il fera à mesure que de plus en plus de roues CF feront leur apparition, les professionnels utiliseront tout ce qu'on leur donnera et ils nous vendront la technologie parce que c'est ce pour quoi ils sont payés.

Bon sang, j'ai écrit un essai décousu ! Je suppose que je n'avais rien de mieux à faire ce soir, puisque je ne voulais pas voir le match !

3
1
2011-05-23 00:40:47 +0000

Ils fonctionnent même lorsqu'il est mouillé (je pense que c'est parce que les jantes sont plus humides parce qu'elles sont plus proches du sol ; et, parce qu'elles ont une plus grande surface, elles mettent plus de temps à sécher).

Les freins qui fonctionnent lorsqu'il est mouillé sont particulièrement utiles dans la circulation, ou dans les descentes.

De bons freins peuvent également être utiles sur une piste cyclable le soir : il semble que les jeunes enfants puissent trouver un feu avant clignotant attrayant, et se dépêchent de se mettre sur votre chemin pour mieux le voir.

1
0
2015-10-10 14:36:40 +0000

Je n'ai vu aucune mention d'exigences en matière de construction des roues. J'ai un VTT à disques et un vélo de route avec freins sur jante. Ma roue avant a des rayons radiaux, un style de laçage qui, je ne pense pas, pourrait être utilisé avec un disque. Ma montagne à disques a un laçage en 3 croix. Les rayons grincent et gémissent un peu lors d'un freinage intensif, ce qui est compréhensible étant donné la charge de couple transférée par les rayons. Je n'ai vu aucun disque sur le Tour de France et je suppose que le poids plus léger du jeu de freins et la puissance tout à fait adéquate des freins sur jante sont des facteurs significatifs, mais c'est la légèreté et l'aérodynamique améliorée des rayons radiaux qui est la plus importante.

0
0
2017-10-27 13:59:24 +0000

Certains des avantages revendiqués pour les freins à disque n'ont pas vraiment de sens pour moi.

Un des avantages revendiqués est que la véracité de votre roue n'a plus d'importance. Je suppose que cela n'a pas beaucoup d'importance sur les vélos de montagne parce que ce gros pneu va prendre une grande partie du mou, donc vous ne le remarquerez pas autant en roulant, mais même si je préfère garder mes roues vraies, peut-être que je suis juste pédant.

Le fait qu'il y ait un espace plus étroit entre la plaquette et la surface augmentant la pression n'a pas de sens à moins que vous n'utilisiez un système hydraulique qui crée un avantage mécanique, ce que je ne pense pas que les systèmes hydrauliques de vélo fassent parce que pression = force/zone. Je suis presque sûr que les systèmes hydrauliques de vélo utilisent un avantage mécanique de 1:1, corrigez-moi si je me trompe, s'il vous plaît ! Si c'est le cas, cela signifie qu'il est simplement utilisé pour l'actionnement et non pour augmenter la pression.

Bien qu'avec un jeu plus serré, les freins s'accrocheront plus tôt pendant la traction. Une fois que les plaquettes s'accrochent, la composante de force de la pression que vous pouvez appliquer est simplement une question de force de vos doigts. Ainsi, en supposant que vous utilisiez la même méthode d'actionnement, et que vous ne compariez que des freins à disque et des freins sur jante, vous appliquez la même force au rotor de frein dans les deux situations.

Le fait d'appliquer cette force plus loin du point de rotation devrait permettre d'arrêter le vélo plus rapidement car vous produisez plus d'énergie thermique par rotation de la roue. Les seuls avantages que je vois aux freins à disque sont que votre roue sera plus susceptible d'être immergée dans la boue et l'eau qu'un disque qui est plus haut sur le sol, mais si des débris tels que la boue éclaboussent et frappent le disque, il est moins probable qu'il se nettoie de lui-même lorsque vous roulez dans une flaque.

0
0
2011-10-17 12:30:08 +0000

Un avantage supplémentaire (plutôt cosmétique) est que les jantes restent exemptes de gravillons. Vous gardez donc les mains propres lorsque vous changez de pneus.

Certes, ce n'est pas une raison pour laquelle j'investirais dans un brise-disque ; et vous obtenez les mêmes résultats avec des jantes à revêtement céramique...

0
-1
2014-07-09 20:45:51 +0000

Les disques sont bien plus fiables.

Par exemple, j'avais un vélo dont le frein avant était muni d'un disque à l'arrière, au cas où mon frein avant se casserait.

Un jour, c'est arrivé ; tout le bras droit a heurté un arbre et l'a désactivé et le disque que j'utilisais encore m'a bien arrêté sur la piste. J'ai alors mis un disque à l'avant car ils ont heurté des trucs si vous êtes dans ce genre de choses.

-1
-1
2016-03-01 04:20:45 +0000

Mes premiers vélos étaient équipés d'un système de freinage à pédale, très efficace, simple et intuitif, pour les dérapages. En fait, mon vélo à trois vitesses à selle banane est probablement encore mon meilleur vélo de tous les temps. Plus tard, j'ai utilisé des freins sur jante en U bon marché qui grinçaient et aspiraient... De nombreuses lunes ont ensuite été consacrées à une suspension complète Iron horse avec des freins à disque hydrauliques Shimano LX - mais je n'ai pas vraiment été impressionné et j'ai toujours eu peur de faire une bulle d'air dans les lignes électriques lorsque je le retournais pour le travailler. Mon hardtail léger et efficace (Giant SL Aluxx) que j'utilise depuis 8 ans a des shimano mechs fiables et bons par mauvais temps, mais le freinage n'était pas aussi bon que celui de mes potes v-brakeurs dans de bonnes conditions... Je vais bientôt revenir aux V-brakes (Shimano BRM 422)... si ça craint, je vais revenir aux freins à pédales & moyeu à rolhoff ou à un pédalier à changement de vitesse planétaire.

-1
-6
2013-03-20 01:08:50 +0000

Le disque sera toujours meilleur. J'ai utilisé des freins traditionnels jusqu'à il y a deux ans, lorsque j'ai acheté une moto équipée de deux freins à disque mécaniques et que j'ai immédiatement ressenti l'énorme différence. Ce n'est pas vraiment qu'ils s'arrêtent mieux, mais la sensation qu'ils procurent lorsqu'on s'arrête. Les freins traditionnels n'auront jamais la modulation et les avantages que le disque aura toujours. Les faits sont les faits. Peu importe que vous ayez un ventilateur de frein en V et un poids. Vous devez avancer le même jour, vous savez ? Vous n'en avez pas besoin ? C'est bien, je n'en avais pas non plus, mais ils sont si bons que je les veux et je les ai. Je ne reviendrai plus jamais aux freins traditionnels :) Vous vous demandez pourquoi vous avez commencé à voir de plus en plus de freins à disque sur les vélos, hein ? Peut-être parce qu'ils fonctionnent si bien ? Essayez-les avec une installation professionnelle, pas avec celle de KMART ou de Walmart, parce qu'ils ne sont pas réglés correctement et les gens pensent parfois qu'ils sont nuls.

-6